Le Tessin:

Patrie des Ancêtres Pezzani

(TICINO)

La république et canton du Tessin-------- Croglio------------------------- Biogno

Les Noisettes du blason de Croglio rappelle que le village était autrefois fameux pour ce type de culture. D'ailleurs Croglio vient du mot latin Corolus Avellana (noisetier) qui s'est déformé en italien en Croglio.

En dessous le chateau d'Albeleto qui fut détruit au Moyen Age.

 

Contenu

le Tessin

son Histoire

le Malcantone

Croglio

Le pays de mes Ancêtres

information généalogique

 

 

Le Tessin :

- Canton de la Confédération Helvétique (Suisse)

- Entrée dans la Confédération 1803 - Chef Lieu Belinzone

- Langue officielle : Italien

- Abréviation « TI » - Site Web www.ti.ch

- Superficie 2812 km² ( 5ème canton)

- Population 311 900 Habitants (8ème)

Le Tessin dans la confédération Helvétique et vue sur la partie du Malcantone intégrant la commune de Croglio

retour haut de page

 

Son Histoire

Durant l'Antiquité, le canton était peuplé par les Lépontes, une peuplade indo-européenne probablement d'origine celtique. La zone ne fut annexée par Rome qu'assez tardivement. Durant le Moyen Âge, le territoire qui forme aujourd'hui le canton dépendait de Côme et du duché de Milan. Les guerres successives menées par le canton suisse d'Uri (1440, 1500), notamment la bataille de Giornico, puis bientôt par la totalité de la Confédération helvétique (1512) aboutirent à l'annexion de la zone : la haute vallée du Tessin, depuis le Saint-Gotthard jusqu'à la ville de Biasca, fut rattachée au canton d'Uri, le reste du territoire étant placé sous gestion collective. En 1803, le canton du Tessin est créé par fusion des cantons alors distincts de Lugano et Bellinzone. Les trois villes principales (Lugano, Bellinzone et Locarno) se disputent alors le titre de capitale ; un décret de 1878 fixe définitivement les institutions à Bellinzone Géographie

Le Tessin (en italien Ticino) est le seul canton de Suisse situé entièrement au sud de l'arc alpin. Il côtoie au nord les cantons du Valais, d'Uri, dont il est séparé par le col du Saint-Gotthard, et des Grisons Au sud, il est frontalier avec la Lombardie et le Piémont. Le poste frontière de Chiasso, situé à l'extrémité méridionale du canton ne se trouve qu'à 30 km environ du grand centre industriel italien de Milan. Le nom Tessin est donné par la rivière " Tessin", affluent rive gauche du Pô. Cette rivière était célèbre dans l'antiquité. Tite Live raconte, qu'aprés avoir difficilement franchi les Alpes, Hannibal avait pris Turin. Scipion franchit alors le Pô, puis le Tessin et se porta à la rencontre d'Hannibal. Les romains furent battus lors de la bataille près de la rivière (Bataille dite du "Tessin") et , Scipion blessé parvient à s'échapper.

retour haut de page

Le Malcantone

Les vallées du Malcantone s'étendent entre des sommets panoramiques et des eaux turquoises et accueillent le touriste entre un bras du lac Ceresio, le golfe d'Agno, le fleuve Stresa et les montagnes qui séparent la Suisse de l'Italie, qui se dressent hautes et majestueuses sur le lac Majeur.

retour haut de page

 

Croglio

Eglise San Bartolomeo à Croglio , dans les rues et, la maison Conti (derrière ) Evelyne (La grand mère de Lorenzo Pezzani, né en 1813 s'appelait Maddalena Conti)

 

Croglio Commune du Tessin ( TI), 4.46km²,district de Lugano, composée de plusieurs hameaux du centre du Malcantone (Castelrotto, Ronco, Madonna del Piano, C., Barico, Purasca et Biogno-Beride) et dont la limite méridionale suit le cours de la Tresa. Biogno et Beride étaient d'abord deux communes gouvernées par une seule municipalité; en 1907, elles devinrent une seule commune, intégrée dans celle de Croglio. en 1976, qui porta de 1953 à 1976 le nom de C.-Castelrotto. 479 hab. en 1626, 614 en 1801, 959 en 1850, 821 en 1900, 610 en 1950, 865 en 2000.

Altitude:332 mètres, avec un minimum de 270m le long de la rivière Stresa et un maximum de 814 m au mont Mondini

Code postal 6981

Site: http://www.croglio.ch

 

Eglise de Castelrotto

 

Le village de Croglio est très ancien, en 590 s’y rencontrent les Lombards et les Francs, la bataille serait citée par Grégroire de Tours dans son « Historia Francorum ».

Au Moyen Age, Croglio avait rang de bourg (1335 burgus de Crolio), probablement en raison de son rôle défensif face au Milanais voisin. En 1126, à la fin de la guerre entre Côme et Milan (1118-1127), les troupes de Milan s'emparèrent du château d'Albeleto, possession comasque; selon la tradition, ce château se trouvait sur le lieu où s'élève aujourd'hui l'église paroissiale Saint-Nazaire et ses ruines auraient donné son nom à Castelrotto (Castrum Ruptum). Un autre château serait repérable dans la partie centrale de C. L'évêque de Côme y possédait un domaine agricole, mentionné en 1328. En plus de l'église paroissiale, construite entre 1635 et 1670 sur les ruines d'un sanctuaire précédent, de nombreux oratoires sont répartis dans les divers hameaux.

 

Fresques de l'église San Bartolomeo

 

L'église de S. Bartolomeo (Croglio) est d'origine romane et abrite, dans l'abside en demi-cercle, des fresques des peintres Thomas et Balthasar sur lesquelles sont inscrits le nom des commanditaires et la date de réalisation: 1440. Elles représentent une Majestas Domini avec les Evangélistes et les douze Apôtres. Sur les murs, on peut voir une Vierge sur le trône et un Couronnement de la Sainte Vierge, découvert en 1945. Cette peinture rare et intéressante représente la Vierge lors de son Couronnement par la Sainte Trinité. A côté, se trouve la représentation de l'abbé St Antoine avec une petite cloche portant la date de 1366. L'hôpital du Malcantone, construit en 1928 grâce à une fondation, se trouve à Castelrotto; il a été agrandi plusieurs fois

. Aux activités agricoles traditionnelles s'ajoutait une forte émigration d'ouvriers du bâtiment. Le long du cours de la Tresa existaient autrefois des viviers d'anguilles, définitivement abandonnés à la fin des années 1950. Si de nombreuses industries se sont installées durant ces dernières décennies au fond de la vallée et le long de la plaine qui borde la route cantonale Ponte Tresa-Fornasette, les terrasses morainiques orientées au sud ont vu se multiplier les vignobles cultivés selon des méthodes modernes.

Biogno, entrée du Village, son église et les rues

retour haut de page

 

Mon contact avec le Pays de mes ancêtres

J’ai hérité de mon père la nationalité Suisse, et de ma mère la nationalité Française. Je dispose de deux passeports et mon passeport suisse précise le lieu d’origine : et j’ai découvert ainsi, écrit le nom du Tessin ainsi que les villages de Biogno, de Croglio et Castelrotto. Je me suis inscrit sur les liste électorale, et vote pour les « votations » fédérales et cantonales ; le blason, « aux noisettes » , reproduit ci-dessus, se trouve sur tout courrier que je reçois de la commune, pour les votes par correspondance. Ce blason porte la représentation du château d’Albeleto qui fut détruit au Moyen Age, les noisettes ( Corollus Avellana en latin) deviendront Croglio en Italien. Les noisettes étaient autrefois cultivées dans la commune, et conservées pour l’hiver.

Ce pays devait être très pauvre, et c’est pour des raisons de pénurie que les Pezzani sont parties, au début des années 900, pour des régions plus riches Par contre impossible de situer (il y a 10 ou 15 ans) ces noms de villages, jusqu’au jour, où quelqu’un ne donna gentiment une carte détaillée du Tessin. En 1996, je tirais profit d’un voyage en Italie (Venise), pour faire une escapade à Biogno et Croglio.

Nous nous sommes promenés dans les villages, quelques photos permettent de se donner une idée de ce petit coin de Suisse.

Le plus simple pour y accéder depuis la France, est, de passer par l’Italie, Milan, Lugano est à moins de 40 km par Autoroute. C’est ce que nous fîmes, Evelyne et moi. Ce fut pour nous, l’occasion de découvrir une région magnifique au milieu des lacs, proche de l’opulente Lugano ; Biogno, à un jet de pierre de la frontière Italienne, à flan des pré-Alpes, bénéficie d’un ensoleillement, d’un paysage verdoyant et vallonné, à la végétation méditerranéenne.

Nous avons visité le cimetière de Castelrotto en recherche d’une tombe « Pezzani », mais rien . L'église au milieu des vignes et Fontaine de Caestelrotto

 

Ne parlant pas italien, nous nous attendions à plein de difficultés, il n’en fut rien, nos différents interlocuteurs s’exprimaient dans un français parfait. Notre première visite fut pour la mairie, pour obtenir les fiches familiales d’état civil des ascendants de Ernest Pezzani, mon grand père ; ce ne fut qu’une formalité, et , ainsi j’obtins les fiches permettant de remonter jusqu’en 1813. ( le contenu de ces fiches se retrouve intégralement dans les données généalogiques qu’on trouvent sur ce site : si quelqu’un est intéressé, je peux lui en transmettre une copie). Par contre, impossible de remonter, avant 1803. En effet, vers cette date, la responsabilité de l’état civil fut attribué au commune, au dépends des Eglises, si bien que remonter au-delà de 1803 impose de s’adresser aux registres paroissiaux ; (ce que je n’ai pas encore fait). Les registres paroissiaux de Biogno ont été microfilmés par les Mormons, et sont à Salt Lake City ( Huta) aux USA ! Ils remontent avant an 1660 !

Je ne peux que vous recommander d’y aller, personnellement, j’y retournerai.

Examen des données généalogiques

J'ai pu exploiter les registres de Biogno-Beride. Ils ont permis d'établir la descendance de Lorenzo Pezzani, Pére de Lorenzo Pezzani né en 1813 à Biogno Beride. Lorsque l'on cherche à remonter plus loin pas de problème du coté de l'épouse de "Lorenro" Pezzani Pére et fils, on peut identifier les différentes branches jusque vers 1580 environ (voir arbre généalogique) par contre pas de trace de "Pezzani". Si on creuse un peu, les informations sur Lorenzo Pezzani sont pour le moins réduites. Pas de trace d'acte de Mariage, de décès... Il est probable que ce "Lorenzo" n'est pas originaire de Biogno , y est venu, y a épousé une fille du village, Virginia Della Giovanna, issue d'une vieille famille locale dont on peut examiner la généalogie. Ils n'ont eu qu'un seul enfant Lorenzo en 1813; puis plus de trace du Père: est-il mort jeune? Lors du recensement de 1839, on trouve Virginia della Giovanna, âgée de 47 ans et "son fils" Lorenzo âgé de 28 ans

le texte dit " en l'année du Seigneur 1837 ...

Numéro 823; Virginia della Giovanna fille de Dionisio et femme de .. âgée de 47 ans

Numéro 824 Lorenzo son fils âgé de 28 ans"

Notez que le nom du mari n'a pas été enregistré ni le nom du fils !!!!

Le recensement de 1866 donne plus d'informations

Cet enregistrement concerne Lorenzo fils; on y trouve le nom de son épouse (Agata Devincenti) et le nom et l'âge de leurs enfants. La première ligne semble intéressante, j'ai cru y déchiffrer;

"Pezzani Lorenzo fu Lorenzo, nativo di Lumino"

"Pezzani, Lorenzo de feu Lorenzo, natif de Lumino"

Lumino est effectivement un village du Tessin proche de Bellinzona, au pied du St Gothard; les registres paroissiaux existent, à leur examen pas de trace de PEZZANI.

Quelle est donc l'origine des PEZZANI en Suisse ? Il existe un enregistrement suisse des différentes familles,

http://www.hls-dhs-dss.ch/famn/index.php . Pour Pezzani, deux communes sont identifiées

Resultate für pezzani
Name Kanton Gemeinde Einbürgerung Herkunftsort
Pezzani TI Arogno a
Pezzani TI Biogno-Beride b (I)
Legende: a = vor 1800; b = im 19. Jh.; c = im 20. Jh.

On y lit qu'effectivement les Pezzani ne sont "bourgeois" de Biogno Bride qu'aprés 1800, et qu'il existe un autre village où des Pezzani sont "bourgeois" depuis avant 1800: cet autre village est aussi au Tessin est porte le nom d'Arogno. Y a-t-il un lien entre les Pezzani de Biogno Beride et ceux d'Arogno? J'ai examiné les registres de baptême d'Arogno.

A Arogno, la date de naissance la plus ancienne concernant un Pezzani est le 5 Janvier 1801, date où Luigi Pezzani et Catharina Sartori baptise leur fils Petro Dominico.

On trouve une seconde naissance le 20/7/1803, celle de Giuseppe Maria, puis Maria Teresa le 5/02/1805, suivie de Anna Maria (13/08/1806) et Giuseppe Antonio (3/09/1809). On n'y relate pas d'autres familles, car les autres Pezzani qui apparaissent sont les descendants des enfants précédents (exemple les enfants de Dominico; Giovanna en 1824 puis Giacomo en 1826....). Il est donc plus que problable que ce Luigi est venu d'un autre lieu, probablement Italien, comme Lorenzo et s'est installé dans ce village pour y faire souche. Cette période est une période relativement instable dans la région; Napoléon y avait conduit sa campagne d'Italie et a créé la République du Tessin en 1803, en rattachant ce territoire à la Suisse.

Pour essayé de trouver une réponse je me suis adressé à l'évéché de Lugano; il dispose d'une section "généalogie"; je n'y ai pas trouvé plus de réponses que celles que je disposais déjà.

En conclusion: pour accéder à la généalogie "PEZZANI" avant 1800, il faut se tourner vers l'Italie; mais où? L'accès aux registres y est très restraint (avant 1800) donc peu d'espoir; en fin de compte les recherches sur les épouses compensent!

 

retour haut de page

Retour "rivages"---> retour "accueil"--->

Sites à consulter

http://www.ti.ch

http://www.ticino.ch/

http://www.croglio.ch

http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F2163.php

http://www.lugano-tourism.ch/framework/ModuleFiles/modd_brochures/72/ETL-Guida_ufficiale_2006.pdf

http://www.cr.supsi.ch/Content/main/pdf/BianchiniCR.pdf

http://www.ticino.ch/15/common_details.jsp?id=2675